Quand avez-vous parlé à votre mari/ femme pour la dernière fois ?

Quand avez-vous parlé à votre mari/ femme pour la dernière fois ?

Non, il n’est pas question de bavardages concernant les factures, ni de descendre la poubelle ou de « qu’est-ce qu’on mange chérie ce soir, quoi encore des pâtes ? », le grand a eu une punition…

Une vraie discussion : comment vas tu, où en est-on? Qu’est ce qui se passe pour toi ?…
Un échange avec sa moitié, où la femme ne plie pas le linge, ou fait trois choses en même temps comme elles ont l’art de le faire, mais un moment où l’on se parle, on se retrouve, on mange un plat sympa, on boit un verre, on sort ou on se promène.

Se parler s’apprend et se réfléchit.
Quelques petits conseils :
-Mesdames ne parlez pas à votre mari quand il revient du travail ( rappelez vous ), attendez qu’il fasse redescendre la pression de sa journée stressante.
Accueillez-le dans une maison ordonnée pour qu’il se sente apaisé et qu’il n’ait pas le sentiment d’arriver dans un terrain de guerre.

Hommes comme femmes :

Ne lancez pas de discussion importantes et de sujets « tendus » la veille de shabbat et Yom Tov. C’est une règle de base pour vivre en shalom !Le yetser ara ( mauvais penchant )a un pouvoir triple ces jours là. Mais il est certain que tout le monde a déjà testé la dispute du vendredi pour une broutille.
Parler de manière constructive et pas pour détruire ou blesser l’autre.
Si on a une remarque à faire, utiliser la méthode « sandwich » : une tranche de pain, quelque chose dedans et une tranche de pain : une gentille remarque, puis dire finement ce qui nous a déplu et terminer par une gentille phrase. Attention on ne manipule pas, on ne flatte pas mais on enrobe ce qui nous a déplu.

-Si on « sent » la dispute arriver, sortir de la maison et ne jamais jamais se confronter devant les enfants. On règle les comptes dehors ou quand ils sont couchés ( et endormis surtout).
Ne pas parler pour critiquer les autres : le lachon ara tue 3 personnes : celui qui parle, qui écoute et celui dont on médit. Donc rien de positif pour notre couple.
Enfin, poser les téléphones, ou mettre sur silencieux le temps de la discussion. En se rendant disponible, on montre à l’autre qu’on l’aime et qu’il est plus important que notre réseau social.

N’oubliez jamais que sur un coup de nerfs ou de colère on peut dire des choses que l’on ne pense pas mais qui resteront à vie gravé dans le cœur de son conjoint.

Donc faire preuve d’intelligence et se calmer seul(e) dans une pièce si on sent un état second nous envahir!

Vos comportements influenceront grandement votre foyer puisque la présence divine réside dans une maison en paix.
Vos enfants sentiront que c’est leur refuge et toute l’ambiance qui régnera sera leur modèle pour leur future vie de couple.

Ça vaut le coup non ?

La rédaction de cet article a été inspiré par les cours de la Rabbanite Métal Taïeb sur le Shalom bait.

Gabriella Bismuth

À propos de l'auteur

Gabriella B.

Ajouter un commentaire

Cliquez ici pour poster un commentaire