L’entente dans le couple : éviter les disputes

L’entente dans le couple : éviter les disputes

Inévitables dans un couple, à tous moments de l’année et de la journée ! Comment éviter les disputes ou les rendre constructives plutôt que destructrices ?
Shalom Bait vous livre quelques conseils…

Notre conjoint nous est envoyé par D.ieu : 40 jours avant la conception, une voix sort du ciel et dit « un tel va se marier avec une telle » selon la gmara .
Le Créateur du monde ne fait pas d’erreur de casting ! C’est certain ! Mais il nous donne un conjoint pour que l’on s’améliore.

Les gens ne sont pas encore prêts lorsqu’ils arrivent sous la houppa.
Le vrai travail sur nous se fait dans le cadre du couple. Aller au delà de ses limites, accepter ce qui nous paraissait insurmontable, devenir plus patient et moins coléreux ( la liste des défauts est longue ! ). Il faut réussir à passer l’éponge.

Ne pas commencer une discussion en faisant des reproches à l’autre. Il faut parler de soi et de ce que l’on ressent, mais on n’attaque pas son conjoint. C’est le meilleur moyen pour ne pas que les tensions démarrent.

Pour éviter de se disputer il faut essayer de ne pas se parler quand on est déjà énervé soi-même.
Discuter quand les émotions sont retombées.

Parfois l’autre ne veut pas lâcher, mais il faut vraiment garder le cap quitte à sortir de la pièce ou de la maison et proposer de reprendre la discussion quand la tension sera moins forte . Ne parler qu’au calme ou dans un autre cadre : dans un restaurant, ou dans un café, en se promenant.

Si on doit parler de sujets qui fâchent : belle-famille, argent, enfants, le faire dans un moment où chacun est bien et non pas occupé à autre chose ou dans une période de tracas personnels.

La femme est plus sensible et va aller selon ses sentiments, mais elle va plus respecter son mari si elle le voit se retenir et ne pas crier ( selon le Rav Chaya).
C’est la force d’un homme, qui lui ira selon la raison.

Enfin, ne pas dire des mots qu’on regrettera plus tard, ne pas prendre une décision sur un coup de nerfs, et ne jamais lancer “je divorce” pour menacer l’autre surtout quand on ne le pense pas.
Le conjoint pourrait en être profondément blessé.

Le conseil en or :

Se faire aider par une tierce personne si les disputes sont trop fréquentes ( un ami commun, un médiateur juif ou le mieux un Rav expérimenté ).
Vous choisirez une personne de confiance qui sera mettre à l’aise mari et femme. Surtout, évitez d’en parler à la belle-famille.

On vous souhaite un bon shalom bait !

Mike R.

À propos de l'auteur

Mike R.

Ajouter un commentaire

Cliquez ici pour poster un commentaire