Être prêt à se marier et à réussir son couple

Être prêt à se marier et à réussir son couple.

-Cours réservé au public masculin –

A partir de 20 ans, la question se pose et plus les années passent, elle ne se pose plus mais s’impose : « Alors quand est-ce que tu te maries ? ».
Puis d’interrogations cela passe à une pression…
Il est sûr que certains individus se sentiront prêts à se marier jeune, d’autres plus tard, et certains ne savent jamais quand ils se sentent prêt.

Quels sont les signes qui montrent que l’on est prêt? Comment être sûr de réussir son couple ?
Shalom Bait a essayé de vous éclairer sur la question grâce aux conseils de nos sages.

Se poser les bonnes questions :

Suis-je prêt à me marier, à devenir un mari, un soutien de famille, un père? Est-ce que je me sens assez responsable ?
Suis-je prêt à me fixer et à avoir une cohérence de vie, une stabilité ? Est-ce que je pourrai rendre des comptes sans me mettre en colère si ma femme me pose des questions ? Expliquer mes sorties sans me sentir épié?Est on prêt à avoir des limites ?( Celle de notre couple) ..
La vie de tous les jours nous met face à des situations où il faut s’analyser et voir comment on réagit. Si on se met vite en colère ou si on est intransigeant .
Si vous avez répondu « oui » à la majorité ou à toutes ces questions, c’est bien, vous êtes sur la bonne voie.
Si vous avez répondu « non » à tout, lisez tout de même notre article !

Ce que doit savoir un homme avant le mariage :

Sachez avant tout que si l’on n’est pas construit le mariage va à sa perte.

Il est certain qu’une femme se sentira rassurée si le mari ou futur mari est stable, cohérent, responsable et qu’il a une bonne intelligence de la vie, une grande irat chamaïm ( crainte du ciel). Un épouse qui sentira de la stabilité chez son mari lui fera plus de cavod ( honneur) et de respect, et c’est d’ailleurs ce dont un homme a le plus besoin dans un couple.
Mais pour se marier il faut avoir travaillé ses midot ( qualités et défauts ). Et principalement travailler sur l’égo. Il faut savoir céder. Cela ne veut pas dire être un pigeon et dire « oui » à tout. Mais cela veut dire que l’on ne doit pas se mettre en colère, vouloir imposer à tout prix ses opinions. En cédant on amène le shalom.

Une femme, c’est la douceur, la sensibilité et la fragilité. Ce n’est pas un copain avec qui on va taper dans le dos et parler d’égal à égal. Il faut baisser d’un ton.
Il faut suivre aussi des cours de shalom bait, et ce même si on a déjà fréquenté une femme avant sa téchouva. C’est une base incontournable. Savoir par exemple à quel moment lui parler si elle est blessée. Une femme a besoin de temps pour encaisser après avoir été vexée et ne peut pas réussir à rentrer dans un discussion tout de suite après. Ça, un homme ne peut pas le deviner.

Les mises au point sont normales. Mais il faut apprendre à se connaître, prendre le temps.
Parfois il faut quelques années avant de pouvoir savoir comment réagit sa femme selon les situations.

C’est quoi aimer l’autre ? Et comment réussir son mariage ?

Aimer l’autre nous l’avons dit c’est mettre son ego de côté, pour une bonne entente c’est la clé du shalom bait.
Si aucun membre du couple n’a travaillé ce point vous allez droit à la dispute, voire à la rupture hazvé shalom.

Le but du mariage c’est donner à l’autre . On doit s’habituer à faire un effort pour l’autre sans rien attendre. Quand on investit on commence à aimer son conjoint. Donc on se met de côté, on pense moins à soi et plus à l’autre.

“Qu’est ce que je gagne alors dans ce couple ? je vais perdre ( en liberté, en plaisir , en temps…) ». Non vous allez gagner beaucoup en amour, avec vos enfants, avec votre épouse qui vous aimera en retour et petit à petit elle aussi s’investira pour vous.
Mais il faut savoir qu’au départ les efforts sont plus importants que ce que l’on reçoit en retour !

Et celui qui s’est marié uniquement pour recevoir s’est trompé !

Le Roi Salomon, le plus sage de tous les hommes a dit :
SI je pense à mon plaisir et à mes envies je ne peux pas rester avec l’autre. Et on arrive à la guerre. Mais si je passe outre mes envies, alors on arrive à une union extraordinaire. Si chacun fait ça c’est l’union magnifique d’amour et Hachem réside dans les couples où il y a le shalom.

Pourquoi le divorce alors?

Si c’est Hachem qui envoie le conjoint, pourquoi le divorce ?
On dit que l’amour rend aveugle, et que le mariage lui rend la vue. Les défauts de l’autre, nous les avions vus pour certains avant la houppa… on était prêt à tout supporter, mais après le mariage on ne veut plus (se) travailler.
Des passages difficiles il peut y en avoir pour se construire, mais il faut savoir dire “tu as raison je me suis trompé”, ou “pardon je m’excuse de t’avoir blessée”.

Etes-vous parfaits vous-mêmes ??

Dans de rares cas graves bien sûr certains Rabbanim autorisent le divorce, mais Hachem emmène l’homme là où il veut aller.

En bref :

Il n’y a pas de business dans le mariage, “donnant donnant”. C’est le contraire du couple ! Il faut réussir à donner sans recevoir. Il est vrai qu’on attend un peu tout de même un retour et parfois certaines femmes tardent à donner. Il faut savoir que c’est certainement un tikoun et qu’Hachem Le veut ainsi et qu’Il attend de moi quelque chose.
La femme donnera plus tard. Il faut s’armer de patience.
L’amour viendra et Hachem verra les efforts du mari.

Bonne chance !

Gabriella Bismuth

Article inspiré du cours de Rav Ron Chaya intitulé “Pour un mariage réussi” :

À propos de l'auteur

Gabriella B.

Ajouter un commentaire

Cliquez ici pour poster un commentaire