Belles-mères

Belles-mères …

Les raisons des disputes dans un couple prennent leurs sources dans plusieurs motifs . En priorité : l’argent, l’éducation des enfants, puis la belle-famille et plus précisément les belles-mères.

Sujet délicat… qui crée de nombreuses tensions ( et de Lachone Ara- mauvaise langue), et qui s’impose à nous plusieurs fois dans l’année. Qu’il s’agisse de savoir où passer shabbat puis les fêtes ou comment les beaux-parents se comportent avec nous face à l’éducation de nos enfants, face à notre niveau religieux, nos choix de vie… etc… il y a de quoi se faire des cheveux blancs.

Quand la mère se mêle, même pour le bien du couple elle a un regard critique concernant la cuisine, le rangement, les enfants.

Si elle rapporte ces critiques devant son fils cela peut-être très grave et arriver à des divorces car le fils n’a plus le même regard sur sa femme.

Comment garder de bonnes relations avec ses parents et surtout avec sa femme/ou mari ? Puisque c’est avec elle/lui que nous partageons le maximum de notre vie.
Que faire lorsque les mères prennent trop de place dans la vie de leurs enfants ?
Shalom bait va tenter de vous éclairer.

Que dit la Torah ?

Le cinquième des dix commandements ordonne : “Tu honoreras ton père et ta mère”.
La barre est très haute ! Rabbi Yo’hanane lui même a dit dans la gmara “heureux sont les orphelins ».
Pourquoi une phrase si choquante? Car personne n’arrive vraiment à bien réaliser cette mitsva.
Et pour l’expliquer on raconte l’histoire suivante :

S’ il y a deux personnes dans le désert dont une seule possède une gourde insuffisante pour étancher la soif des deux voyageurs que faire? Moitié -moitié ?
Non ! Rabbi Akiva, dit non : ta vie passe avant. On ne rentre pas dans un danger de vie ou de mort.
Ma vie passe avant.

Et cela concerne aussi la mitsva de kiboud horim, le respect des parents, il y a une limite : quand les parents commencent à détruire leur enfant, en détruisant son couple.

La Torah dit clairement dans Berechit: “D.ieu créa la femme à l’homme »; “un homme quittera son père et sa mère et se collera à sa femme et ne formeront qu’une seule chair”.
C’est un avertissement aux mères !

Pourquoi parfois cela ne passe pas entre une belle-mère et la femme de son fils :

Une maman ressent un sentiment puissant d’amour pour son enfant, mais parfois il est mal dirigé et le but ne sera pas le bien de l’enfant.
Si elle n’exprime pas ce qu’elle ressent, elle souffre, alors, finalement elle se fait passer avant son enfant et elle dit tout haut ce qu’elle pense. Ce n’est plus de l’amour c’est de la haine et de l’égoïsme.
Elle doit tout faire pour ne pas se mêler.

Le sentiment n’est parfois pas raisonnable…Si une mère se mêle c’est fichu. Les relations doivent être équilibrées et ne pas forcement aller dans le sens qui conforte la mère et qui lui conviendrait à elle.

Le rôle d’un (bon) parent :

Les enfants ne sont pas la propriété des parents. Hachem leur a confié ces néchamot ( âmes).
Ils sont là pour leur donner la vie, prier pour eux, les faire grandir, leur donner des bases éducatives, de respect de dere’h ertez ( savoir vivre) et quand ils sont grands, quelqu’un viendra les « cueillir » telle une fleur arrivée à maturation.
C’est vrai que c’est dur ! Une mère s’est occupée jours et nuits de son enfant et puis un beau matin, il part avec une autre/un autre.

Parfois en tant que parent on voit des choses qui nous font mal, mais le secret c’est de ne rien dire. Il faut laisser les enfants faire et se construire. Sans se mêler ni les étouffer.
Il faut les laisser pousser et grandir car sinon ça casse la confiance qu’ils ont en eux , et puis on apprend avec l’expérience.
Etiez-vous parfaits en tant que jeunes parents ? Est-ce que c’est si grave si votre belle-fille ne cuisine pas (encore) aussi bien que vous?

Aider son enfant, c’est tout faire pour qu’il soit en shalom avec son conjoint … mais de loin.
Il y a un âge, à partir de 14-15 ans où l’on ne peut plus diriger les enfants. L’intelligence, c’est de leur donner notre confiance.

Comment mettre une distance dans le respect avec une mère invasive ?

Il faut savoir pouvoir dire à la mère avec beaucoup de respect qu’elle ne doit pas intervenir dans sa vie de couple ou dans l’éducation de ses enfants. La vie de la famille ne concerne pas la mère.
Les limites doivent se poser avec douceur. Et ce n’est pas à la belle-fille de dire cela à sa belle-mère mais bien au fils à sa mère !

Le shalom avec son épouse/époux avant tout :

Si on se trouve entre sa femme et sa mère…
Vivre en shalom avec sa femme ! Elle passe avant puisqu’on est marié avec . On respecte sa maman mais la vie de couple reste secrète.
Ne pas être complice avec sa mère au détriment de sa femme. C’est mal agir !
Parler de ce qu’on ressent oui, et de ce que l’on souhaite oui, mais pas en critiquant sa belle -famille non plus.

Pendre des conseils après des parents pour le couple c’est très dur car le parent souffre. Alors à éviter. On demande des conseils à des amis bienveillants ou à son Rav.
Une mère peut donner un conseil à un couple extérieur car il n’y a pas de sentiments. La raison ne dicte pas une émotion .

Quelles relations garder avec ses parents?

rendre des conseils pour le travail oui mais jamais sur son couple ou l’éducation des enfants.
Garder des bonnes relations respectueuses dans le shalom.

La petite réflexion de la rédaction :

Faire tout avec intelligence, sans reproche, quand on est calme et pas en colère. Eviter de dire des mots ou des phrases qu’on regretterait à vie… Les mots laissent des marques dans le coeur de son conjoint.
Ne pas parler à ses beaux-parents de ce qui dérange. C’est à sons fils/fille de s’adresser à eux.
Inviter, faire plaisir oui, pour que l’on puisse donner à son mari l’occasion de faire la mitsva d’honorer ses parents, mais connaître et se fixer soi-même des limites dans ce que l’on supporte ( par exemple j’invite shabbat, mais j’ai besoin aussi d’avoir un shabbat pour ma famille, ou seul avec toi et les enfants etc..chacun selon sa personnalité ).
Ne pas oublier enfin, que les beaux-parents sont aussi les grands-parents de nos enfants, et que cette relation est unique et que la vie passe vite !

Gabriella Bismuth

Article inspiré du cours de Rav Ron Chaya intitulé “les belles-mères » :

Pour compléter :

http://torathaim.net/?video=belle-mere

À propos de l'auteur

Gabriella B.

Ajouter un commentaire

Cliquez ici pour poster un commentaire